Omar M A Tuer Film Critique Essay

Excessif

Film de comédien avant tout, "Omar m'a tuer" puisse sa force d'abord chez ses acteurs : notamment chez son interprète principal Sami Bouajila qui au delà de sa transformation physique discrète mais payante, véhicule une indéniable compassion évitant toute empathie malhonnête.

La critique complète est disponible sur le site Excessif

Le Figaroscope

Mieux qu'un réquisitoire, ce film pointe avec minutie les zones d'ombre d'une tragédie. Ce qui est beaucoup plus efficace.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaroscope

Le Journal du Dimanche

La force du film tient d'abord à l'interprétation de Sami Bouajila. (...) L'opposition entre deux univers et deux personnages diamétralement opposés, confère une indéniable cohérence et originalité à ce film sous tension.

La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

Le Nouvel Observateur

Au-delà de qualités évidentes, celles de l'interprétation notamment, et d'une attention aux êtres qui dépasse amplement la banale compassion, c'est un vrai désir de cinéma qui dans "Omar m'a tuer" se fait jour.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Le Parisien

Un plaidoyer simple et efficace. (...) L'interprétation de Sami Bouajila est poignante.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Le Point

par Christophe Ono-Dit-Biot

voir lepoint.fr

La critique complète est disponible sur le site Le Point

Metro

Roschdy Zem donne enfin un visage à ce "coupable idéal" et surtout il lui donne une voix. Sami Bouajila se l'approprie avec sobriété, livrant juste ce qu'il faut d'affect pour nous faire partager le calvaire de Raddad.

La critique complète est disponible sur le site Metro

Ouest France

Roschdy Zem a sa conviction, mais il retient sa colère, pour s'en tenir aux faits, en conduisant son récit d'un double point de vue.

La critique complète est disponible sur le site Ouest France

Paris Match

Plaidoyer sincère en faveur de l'accusé, ce film dessine avec sensibilité le portrait d'un homme écrasé par la machine judiciaire.

La critique complète est disponible sur le site Paris Match

Positif

(...) le film est d'une grande probité, fort bien interprété de surcroit (émouvant Sami Bouajila), et remplit son projet d'alerter les spectateurs.

La critique complète est disponible sur le site Positif

Première

Les moments les plus forts ne sont pas dans les effets de manches qui ont lieu dans les prétoires (par ailleurs moyennement convaincants) mais dans les gestes quotidiens ou les regards d'un homme contraint de grandir par la force des choses et auquel Sami Bouajila offre une humanité bouleversante.

La critique complète est disponible sur le site Première

Télé 7 Jours

La maîtrise de sa mise en scène est renforcée par le tempérament de deux acteurs majuscules : Sami Bouajila, bouleversant d'humanité dans le rôle du jardinier, et Denis Podalydès, magistral dans celui de l'enquêteur.

La critique complète est disponible sur le site Télé 7 Jours

TéléCinéObs

Roschdy Zem signe un film digne et prenant sur un homme broyé par la machine judiciaire. (...) La performance de Sami Bouajila, sonné mais debout, en impose.

La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs

20 Minutes

Tout à sa démonstration à décharge, le réalisateur oublie presque le crime commis et ne souligne que les éléments venant appuyer sa thèse. Sans doute trop investi par son sujet, il livre une oeuvre attachante par sa sincérité et la dignité débordant de la personnalité du suspect Omar Raddad.

La critique complète est disponible sur le site 20 Minutes

Brazil

(...) Cela ne justifie pas que le film sorte pratiquement à la date anniversaire de la mort de Ghislaine Marchal vingt ans plus tôt : celle-ci n'y est pour rien si sa mort a été attribuée à Omar Raddad. En sortant à un autre moment, "Omar m'a tuer" aurait été aussi légitime qu' "Indigènes" ou "Hors-là-loi".

La critique complète est disponible sur le site Brazil

Elle

"Omar m'a tuer" est une très bonne fiction, parfaitement interprétée et réalisée. Il faut le prendre comme tel. Dans le cas contraire, une question se pose : ne vaut-il mieux pas se contenter d'un bon documentaire sur cette affaire?

La critique complète est disponible sur le site Elle

Filmsactu

Malgré une mise en scène peu audacieuse, "Omar m'a tuer" reste un bon film d'acteur, reposant essentiellement sur les épaules d'un Sami Bouajila qui incarne avec beaucoup émotion un homme innocent brisé par une justice qui ne doute jamais.

La critique complète est disponible sur le site Filmsactu

La Croix

Bien que subtilement mis en scène, le parti pris constitue la principale limite du film.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

Le Monde

Honnête et sincère dans son propos, le film de Roschdy Zem n'en appelle pas moins certaines réserves. Le choix d'un acteur connu, quand bien même il serait aussi talentueux que Sami Bouajila, en est une. Par ailleurs, la nécessaire prudence à laquelle est tenu le film le rend moins percutant qu'une pure fiction, tel ce "Prophète", de Jacques Audiard, auquel on pense souvent.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

L'Express

Le film de Roschdy Zem s'appuie sur deux points de vue. Un coup ici, un coup là, un morceau de film derrière les barreaux, un autre en scooter. Certes, pas inintéressant. Mais frustrant. Car l'un finit par affaiblir l'autre. Sami Bouajila est impressionnant de justesse (...). Roschdy Zem filme en douceur et sans effets tire-larmes.

La critique complète est disponible sur le site L'Express

Libération

Après étude du dossier judiciaire, il [Zem] choisit de traiter le parcours d'un homme illettré, parlant très mal le français et pris dans l'engrenage judiciaire, plutôt que de dérouler les contradictions de l'affaire. En Omar Raddad, homme simple et froid, Sami Bouajila effectue une impressionnante performance, perdant 18 kilos pour montrer les souffrances de l'enfermement et de l'injustice.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Studio Ciné Live

Voir le site de Studio Ciné Live

La critique complète est disponible sur le site Studio Ciné Live

Télérama

Sami Bouajila est vraiment bouleversant : un homme sans mots, donc sans arme.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Cahiers du Cinéma

Ce n'est plus Omar qui vit à l'écran, mais la personnification de " l'erreur judiciaire générée par son lot de préjugés et d'incommunicabilité ". Le film se retrouve alors un peu à court de munitions pour transformer ces grands concepts en moteurs de fiction et se raccroche alors, bon an mal an, au déroulé tranquille d'une contre-enquête jouée d'avance.

Critikat.com

Le dossier assemblé en film par Zem pose le même problème que ceux de Boisset et autres artisans académiques : leur engagement, leur volonté de témoignage sont-ils sincères, ou ne font-ils, en bons conformistes, que s'appuyer que sur des idées déjà largement admises ?

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Les Inrockuptibles

Aveuglé par la droiture objective du jardinier, joué par un Sami Bouajila un peu trop ostensiblement dans la performance, Roschdy Zem dilue le soufre de son sujet dans le bouillon de l'empathie.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

Chronic'art.com

Engagé sans se l'avouer et critique sans adopter de point de vue, le film n'est finalement rien du tout. Sauf peut-être un docu-drama d'inspiration télévisuelle, gorgé de pathos, dont la filiation ne remonte pas tant à Zola qu'à Christophe Hondelatte.

La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com
Publiée le 27/12/2016

Un film très intéressant, d'autant plus que l'enquête a été rouverte il y a peu, sur un homme qui a passé des années en prison en étant persuadé que la justice ne le laisserait pas tomber. En juin 1991, la France était sous le choc. Ghislaine Marchal est retrouvée sauvagement assassinée dans la cave de sa villa. Avec son sang, elle a marqué sur le mur "Omar m'a tuer". Dès lors, son jardinier Omar Raddad devient le coupable évident et est placé en détention pendant 7 longues années. Bien que gracié, il demeure le suspect principal. L'écrivain Pierre-Emmanuel Vaugrenard décide de mener sa propre enquête sur ce meurtre mystérieux... La réalisation est très bonne: le cadrage est excellent, la mise en scène de grande qualité, les mouvements de caméra parfois un peu maladroits mais restent dans l'ensemble propres et les prises de vues très bien travaillées. Le scénario, bien que intéressant, comporte beaucoup de longueurs. De plus, il y a un singulier problème de rythme. Les acteurs secondaires ne sont pas toujours très crédibles, mais Denis Podalydès est très bon et Sami Bouajila est incroyable. Les dialogues sonnent juste. La photographie possède dans l'ensemble une lumière intelligente et de belles couleurs mais ne les utilise pas toujours très convenablement. L'image reste néanmoins très belle dans la majorité du film. Le montage est fluide et intelligent. Les décors sont beaux, les costumes réussis mais la musique beaucoup trop absente. Omar m'a tuer est un film certes lent mais très bien construit et émouvant.

Partagez :FBfacebookTWTweetG+Google

0 Thoughts to “Omar M A Tuer Film Critique Essay

Leave a comment

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *